Recherche avancée


NEWS



B2BUILD NEWS 07 cloud_downloadTelecharger

Revue de presse N°07

 
Les difficultés des entreprises, dans le sillage de la pandémie sanitaire, sont de plus en plus mises en relief dans l'actualité économique. Il en ressort notamment le marasme qui touche le secteur du BTPH qui paye un lourd tribut en raison de la crise Covid 19. (Lire la suite)
 

-BTPH : APPEL A LA CREATION D'UN OBSERVATOIRE NATIONAL DES ENTREPRISES ALGERIENNES (Lire la suite)

-MICRO-ENTREPRISES EN DIFFICULTE : LE PAIEMENT DES DETTES VALIDE (Lire la suite).

-HYDROCARBURES : LA SONATRACH CLASSEE PREMIERE COMPAGNIE AFRICAINE EN 2021 (Lire la suite)

-LE DOSSIER DE L'USINE PEUGEOT EN MATURATION, LE PARTENARIAT SAIDAL-SANOFI EN COURS DE CONCRETISATION (Lire la suite)

-CONTREFAÇON : LA NECESSITE DE LA PROTECTION INDUSTRIELLE DES PRODUITS ALGERIENS (Lire la suite)

-MICRO-ENTREPRISES : CREATION DE LA COMMISSION NATIONALE CONSULTATIVE (Lire la suite)

-MINES D’OR : CONTRATS COMMERCIAUX ENTRE L'ENOR ET DES MICRO-ENTREPRISES (Lire la suite)

-DE NOMBREUSES OPPORTUNITES DE PARTENARIAT ENTRE L'ALGERIE ET LA LIBYE (Lire la suite)

-CONSEIL DES MINISTRES : ADOPTION DE PLUSIEURS PROJETS D'ORDONNANCES (Lire la suite)

-LE SECTEUR DU BTPH S’ENFONCE DANS LA CRISE : 7500 ENTREPRISES EN FAILLITE (Lire la suite)

-IMPORTATION DE CHAINES DE PRODUCTION RENOVEES : DE NOUVELLES CONDITIONS DE DEDOUANEMENT FIXEES (Lire la suite)

-LES COMPAGNIES MARITIMES ALGERIENNES ET TURQUES EXONEREES DE TOUT IMPOT ET TAXE SUR LE FRET (Lire la suite)

 

Le commerce inter africain et la coopération entre les pays du continent constitue le point dominant de l'actualité récente. Une impulsion qui passe par la route transsaharienne dont les travaux sont aboutis à 90%, ce qui ouvre de belles perspectives économiques pour peu que la volonté politique soit suivie d'effet (voir Revue de presse N°6).

 

La réorganisation des secteurs productifs au plan réglementaire, mais aussi en termes de modernisation et de numérisation sont le credo de la politique gouvernementale. Celle-ci est basée par ailleurs sur une réorientation progressive de la consommation, nationale d'énergie vers des sources plus durables afin d'assurer une véritable transition énergétique (voir Revue de presse N°5).

 

La diplomatie économique est à l'honneur ces dernières semaines au vu de l'approche adoptée par le gouvernement qui entend persévérer dans sa démarche visant à desserrer le carcan de la dépendance aux exportations des hydrocarbures, pour s'orienter progressivement vers une diversification des exportations hors hydrocarbures en mettant en place les mécanismes nécessaires, dont l’établissement de liens avec de nombreux partenaires notamment en Afrique (voir Revue de presse N°4).

 

Énergies renouvelables, promotion des Start-up et modernisation des outils de production et de gestion sont le nouveau credo économique impulsé par le contexte de crise qui secoue tous les secteurs au plan national. La rupture est imposée par les circonstances sanitaires alarmantes et ses répercussions économiques néfastes qui obligent cependant les opérateurs économiques et les décideurs à rompre avec certaines pratiques figées et dépassées, pour exploiter des ressources nouvelles et des pratiques économiques innovantes (voir Revue de presse N°3).

 

L'impulsion des exportations hors hydrocarbures et la numérisation de la sphère économique, figurent en bonne place parmi les changements qui se profilent dans le paysage économique algérien, dans le sillage de la crise sanitaire mondiale qui a impacté l'Algérie au même titre que tous les pays à travers le monde. Une crise qui impose une réadaptation des mécanismes économiques aux nouvelles réalités comme le montre l'actualité économique récente (voir Revue de presse N°2).

 

La pandémie de Covid-19 conjuguée, à la baisse des prix du pétrole sur le marché mondial ont nettement impacté l'économie algérienne et drastiquement diminué les recettes du pays en devises et compliqué la tâche du gouvernement dans sa quête de trouver une issue à la crise qui perdure. La pandémie a par ailleurs lourdement détérioré le marché de l’emploi et causé la perte de milliers de postes de travail et des retards dans le paiement des salaires. Les secteurs les plus touchés sont les transports, le BTPH et la construction, le tourisme, la restauration, l’hôtellerie, l'automobile, l’artisanat, l’énergie et le commerce de détail et de gros. En plus du secteur public qui accumule les difficultés, la détresse financière du secteur privé s'aggrave de jour en jour (voir Revue de presse N°1).

 

 
 
Numéro 07/Juin                                                   Numéro 03-04-05-06/Mai                                    Numéro 02/Avril 
 Numéro 01/Avril
arrow_drop_up